Le plancton a besoin de tous et nous, nous en avons besoin pour vivre.

Plancton, microscope, caméra et ordinateur

Pas a pas: d'abord installer la caméra sur le microscope

Relier la caméra à l'ordinateur

Ensuite, ouvrir le logiciel sur le bureau de l'ordinateur

Ouvrir une fiche de base pour noter les nouvelles observations

AG de RBBBM, du 3 mars 2018



 Rapport d'activité du groupe « plancton » pour l'AG de RBBBM du 3 mars 2018
Par Colette
Je commencerai par une devinette :
« Je suis balloté par le courant depuis 3,5 milliards d'années. Je suis presque invisible à l'œil nu mais bien présent
dans toutes les mers et océans ; et aussi en eau douce, dans les mares, étangs, lacs et rivières. Je suis source de vie
 et participe à une bonne qualité des eaux ».
QUI suis-je ? Le plancton.

Je suis surveillé et observé depuis 9 ans par le groupe plancton de RBBBM: 
Luisa, Françoise, Claude, Antoine et Colette avons effectué 17 sorties prélèvements en 2017 au port du Bélon
et à la cale de Kersaux.

« Je joue un rôle essentiel car je suis à l'origine de la vie sur terre sous ses formes primitives. Je suis à la base
 de la chaîne alimentaire marine et humaine. J'ai produit tout l'oxygène que l'on respire, oxydant la planète bien
 avant l'apparition des plantes. »

« Je produis encore la moitié de l'oxygène sur terre, grâce à la photosynthèse du phytoplancton, et sers de puits
 à carbone en régulant l'effet de serre et en participant au maintien d'un climat favorable. »


Le groupe plancton de RBBBM a été créé suite à une intervention de Pierre Mollo, dans la coopérative Chrysalide,
 transmise à notre association par Agnès et Luisa. Pierre Mollo est un biologiste marin, qui est à l’initiative
 de l’Observatoire du plancton, de Port – Louis, notre référent principal, dirigé par Anne Blondel.

FORMATION
Pour parfaire nos connaissances en écologie planctonique, trois membres du groupe avons suivi un stage le 28 février 2017.

-        En atelier, nous avons fabriqué des tamis de 50 et 20 microns pour concentrer l'eau pour nos échantillonnages
 sur le Bélon.
-        Nous avons répertorié les grands groupes du phytoplancton et zooplanctons et étudié les facteurs
 influençant leur développement et l'impact des pollutions.

Le fait d’y bénéficier d'un matériel d'excellente résolution (microscope, caméra et appareil photo numérique), 
cela a rendu plus aisée la reconnaissance des espèces. Depuis,
-        nous avons amélioré notre protocole de prélèvement avec un nouveau filet à plancton,
-        nous avons acheté un densimètre-thermomètre afin de mesurer la salinité de l'eau du Bélon,
 paramètre important pour expliquer l'absence ou la présence des espèces planctoniques,
-        Nous utilisons  maintenant  un appareil photo numérique pour effectuer des extemporanés
 et des vidéos lors de nos démonstrations publiques.

DISSÉMINATION
Notre priorité étant de sensibiliser les jeunes à la richesse du Bélon et de nos rivières, dans ce cadre, nous avons
 exposé, dans le hall du lycée Kerneuzec de Quimperlé, des panneaux  pédagogiques sur le plancton, les herbiers
 de zostères et le bocage, le 17 mars 2017.

Le 28 mars, lors de la semaine contre les pesticides, une table débat a été dressée au marché de Moëlan,
 rappelant les méfaits du glyphosate.

Les 2 mai et 19 juin, se sont tenues 2 commissions Bélon où nous avons abordé, entre autre, le grave problème
de la pollution aux métaux lourds et, à cette occasion, nous demandons aux collectivités présentes quelle
 stratégie et plan pourraient être mis en œuvre pour faire un état des lieux incontestable. Le Bélon représente
 tout de même un enjeu économique important  pour les communes riveraines.

Le 30 juin, à l'initiative de Marie Claude Colliou, RBBBM a organisée une conférence dont l'intitulé était
 « Connaissez-vous le Bélon et sa biodiversité ». C'est un ingénieur et chercheur de la mer d'Ifremer, 
Jacques Grall, qui a affiné nos connaissances sur les zostères du Bélon, herbiers de zostères marines, 
plantes à fleurs et « nursery » de nombreuses espèces animales à un stade de leur développement. 
Nous restons vigilants et surveillons l'extension ou la régression des herbiers même si les moyens
 manquent pour l'apprécier. Nous demandons que cette zone du Bélon soit surveillée et mieux 
respectée par les usagers. Il existe un réseau de surveillance REBENT en Bretagne depuis l'année2000,
 mais qui n'intègre pas le Bélon, nous souhaiterions vivement qu'il le soit à l'avenir.

Dans un cadre festif, le plancton a participé, le 3 août à « Digue en fête » pour la troisième année.
 Chacun a pu manipuler et observer in vivo les micro-algues et jouer au Jeu de l’oie, version « plancton »
 créé et réalisé entièrement par Françoise Jund Casanova, membre fondateur du groupe plancton,
 qui se fera un plaisir de vous faire une démonstration.

Nous avons également tenu un stand à la Fête d'automne, au manoir de Kernault, le 15 octobre, où les contacts
 avec les enfants et leur famille ont été fructueux.

Enfin, les 27 et 28 novembre, une animation sur le plancton auprès des sixièmes du collège Jules Ferry
 de Quimperlé, ainsi que le passage du film « Le petit peuple de l'eau » de Pierre Mollo ont vivement
 intéressé les élèves et fut l'occasion de nombreuses questions.

 En 2018, infatigablement, nous satisferons aux rendez-vous programmés, en espérant plus d'enthousiasme de la part
 des professeurs de SVT pour nous accueillir et faire une place à « l'infiniment petit ».

A L’AVENIR
Nous espérons aussi que des riverains du Merrien et de Brigneau  puissent initier l'observation du plancton,
 comme sur le Bélon.

Il est temps de s'inquiéter car la concentration des océans en phytoplancton a décru au 20ème siècle :
 en 2010 ils contenaient 40% de phytoplancton de  moins qu'en 1950 et la quantité de plancton végétal diminue
 de 1% par an.

Nous souhaitons attirer des jeunes, car le groupe plancton s'interroge et s'inquiète du nombre restreint de jeunes
dans nos commissions RBBBM. Comment les faire venir, s'informer, observer et participer ? 
Et pourtant la jeunesse est sensible au devenir de la planète et s'investit dans des luttes contre les pollutions, à voir
 les nombreuses pétitions et manifestations sur les réseaux sociaux.